Vous êtes ici

Une moisson précoce avec des première tendances encourageantes

Les qualités et les rendements semblent au rendez-vous pour cette moisson 2022, avec toutefois des écarts.
Les qualités et les rendements semblent au rendez-vous pour cette moisson 2022, avec toutefois des écarts.

La récolte a débuté avec trois semaines d’avance. Si les premiers résultats semblent plutôt corrects, ils cachent une fois encore des disparités. Le point avec Sepac Compagri.

Tous les territoires ne sont pas logés à la même enseigne, les précipitations de juin vont du simple au double selon les zones. Les moissons ont débuté mi-juin avec quasiment trois semaines d’avance à cause d’un cumul de températures nettement supérieur à la moyenne décennale.
« Au cours de la montaison les plantes ont subi un stress plus ou moins marqué selon les espèces et les zones géographiques. Ainsi la Haute-Marne a été coupée en deux par une diagonale allant de Châtillon sur Seine à Neufchâteau, avec des précipitations plus importantes sur la zone est » analyse Jean-François Ferrand, responsable collecte pour Sepac Compagri.

Bonne qualité des escourgeons

Les orges d’hiver sont maintenant engrangées et la qualité est au rendez-vous. En brasserie, FARO conforte sa place de leader, tandis que DEMENTIEL confirme en bonnes terres. En revanche PIXEL confirme son recul entamé l’an passé en termes de calibrage et de potentiel. Les calibrages sont dans une bonne moyenne, compris entre 55 et 80. La protéine est contenue dans la norme 9,5/11,5. Cependant les terres sèchantes privées de précipitations ont des qualités beaucoup plus hétérogènes.

Colza, Un bon millésime sans PMG

Les premiers colzas sont récoltés et confirment le bon état végétatif tout au long du cycle. La belle floraison a permis de mettre en place un nombre grains au mètre carré élevé. La canicule de fin juin a malgré tout affecté le PMG, mais les rendements sont là.
« Le bon suivi des clients en méthode Berlèse des grosses altises cumulé à une pression insecte modérée sur tout le cycle explique ces résultats encourageants qui redonnent espoir à la culture du colza en argilo-calcaire » indique Jean-François Ferrand qui précise que les surfaces en colza ont été divisées par quatre. Les rendements constatés s’échelonnent de 25 q à 45 q/ha, mais les parcelles les plus prometteuses étaient à peine mûres en date du 4 juillet.

Sepac Compagri met à disposition sa logistique moisson (silos et transport) dans un contexte de marché du travail asséché en volontaires. Une situation qui touche tous les secteurs du milieu agricole.