Vous êtes ici

Des contrats viande qui respectent la loi Egalim 2

Francis Populus, de l’EARL de Goncourt, et Alexis Taboureux on signé le nouveau type de contrat respectant la loi Egalim 2. Une Première en Haute-Marne.
Francis Populus, de l’EARL de Goncourt, et Alexis Taboureux on signé le nouveau type de contrat respectant la loi Egalim 2. Une Première en Haute-Marne.

Le 13 août, plus de 300 personnes ont visité le nouveau bâtiment de rassemblement de la SAS Taboureux à Fronville. L’occasion pour l’entreprise spécialisée dans le commerce de bestiaux de signer le premier contrat garantissant un prix plancher aux éleveurs.

La SAS Taboureux fait du commerce de bestiaux depuis quatre générations. En 2016 Alexis Taboureux reprend l’entreprise créée par son arrière grand-père. Ses 250 clients éleveurs sont situés dans un rayon de 70 km autour du site de la société à Fronville.

L’entreprise travaille avec la société Bigard, propriétaire de l’abattoir de Vitry le François où vont la grosse majorité des animaux. Très organisé, Alexis consacre la moitié de sa semaine aux déplacements en fermes pour les achats et l’autre moitié au ramassage des bêtes, soit environ 220 par semaine, dont 150 bovins de boucherie.

Une visite conviviale

Pour répondre aux normes sanitaires et au bien-être animal, un nouveau bâtiment de 1000 m² pour le rassemblement des bovins a été installé. La réception et le déplacement des animaux dans des box modulables sont maintenant bien plus faciles.

La SAS Taboureux a invité ses fournisseurs d’animaux a visiter les nouvelles installations. Plus de 300 personnes se sont déplacées pour l’évènement, ce qui représente environ 130 fermes.

« Le but était de montrer comment on travaille car les éleveurs ne savent pas ce que deviennent leurs animaux une fois vendus. On a fait découvrir nos différentes activités : chargement, déchargement, tri, localisation des animaux en transit, alimentation, lavage des bétaillères, protocoles sanitaires » explique Alexis Taboureux.

Des contrats réservés aux bovins viande

Depuis le 1er janvier dernier, la loi Egalim 2 impose une contractualisation écrite entre l’éleveur et l’acheteur de viande bovine. Mais cette pratique est rarement appliquée car, d’après Alexis Taboureux : « la loi a été mal mise en valeur et le fait d’être lié à quelqu’un pour vendre ses bêtes fait peur à beaucoup d’éleveurs ».
Ainsi, en collaboration avec Bigard, la SAS Taboureux propose de nouveaux contrats s’inscrivant dans la loi Egalim 2.
« La nouveauté, c’est qu’on ne contractualise pas avec un prix fixe, mais avec un prix plancher. Si au moment de la vente ce prix minimum est inférieur au cours du jour lors de la vente c’est ce dernier qui est pris en compte. C’est un contrat sécurisant pour les éleveurs car ils ont la garantie d’avoir un prix minimum lorsque leurs bêtes quitteront la ferme, même si c’est dans trois ans » explique Alexis Taboureux.
L’éleveur s’engage a fournir un certain nombre d’animaux par an à la SAS Taboureux, au moment de l’année où il le souhaite. Les critères de qualité sont les mêmes que pour une vente classique, il n’y a pas de contraintes supplémentaires.