Vous êtes ici

« Les solutions d’avenir seront les communes rurales »

La jeune association des maires ruraux de Haute-Marne compte maintenant 78 adhérents.
La jeune association des maires ruraux de Haute-Marne compte maintenant 78 adhérents.

L’association des maires ruraux de Haute-Marne était en assemblée générale le 5 novembre à Orges. Les élus ont abordé de nombreux sujets, parmi lesquels la zéro artificialisation nette, le grand atelier pour la transition écologique et le dispositif ÉRRÉ.

En début d’assemblée, Claude Gagneux, agriculteur et maire de Orges, a présenté sa commune. Puis Eric Krezel, maire de Ceffonds et président des maires ruraux de Haute-Marne (AMR 52) s’est félicité du chemin parcouru par l’association, créée en 2016 sur la base de 15 adhérents pour arriver à 78 aujourd’hui.

Dans son rapport moral, le maire de Ceffonds souligne « Un quotidien usant pour les élus à cause de sa complexité, de l’impatiente généralisée et d’une mauvaise répartition des moyens qui s’accélère avec les intercommunalités XXL dues à la fameuse loi NOTRe et les compétences obligatoirement transférées. Les maires ruraux sont favorables à l’intercommunalité mais uniquement quand elle est choisie et efficiente à tous ses habitants ».

Répartition équitable

« Nous avons énormément d’enjeux devant nous, nos communes traversent le temps et la société leur retire des compétences, les éloigne des lieux de décisions, complexifie toutes les démarches. Le coeur de notre association locale et nationale est la place de la commune dans la démocratie car notre organisation peut permettre l’engagement citoyen » a indiqué Eric Krezel. L’Association des maires ruraux de France (AMRF) veut une répartition équitable de la Dotation globale de fonctionnement (DGF). « Une ville est reconnue dans sa globalité alors que nos villages ne sont reconnus que par le nombre d’habitants. Pourtant des villages ont une surface plus grande que certaines villes. Il faut que chaque ville et village soit financé à hauteur de l’espace qu’il gère. Nous devons trouver les outils législatifs pour arriver à cette modification ».

Artificialisation : rester vigilant

La loi Climat et résilience a pour objectif une « Zéro artificialisation nette » en 2050. Dans un premier temps il s’agit de diviser par deux la consommation des espaces naturels, agricoles et forestiers d’ici 2030, puis de réduire encore le rythme pour aboutir à l’absence de toute artificialisation des sols. Entre 2011 et 2021, l’artificialisation en France représentait 243 000 ha, dont 70 % pour l’habitat. La Haute-Marne fait partie des bons élèves avec seulement 545 ha consommés sur cette période.

Acteurs de la transition écologique

L’AMRF a lancé le grand atelier des maires ruraux pour la transition écologique. Le premier levier est d’informer les élus aux enjeux de la transition écologique. Ensuite il s’agit de repérer les « pépites écologiques » de la ruralité, leur exemplarité, leur originalité et leurs valeurs transformatrices. Ces actions seront mises en valeur pour sensibiliser et inspirer tous les acteurs de la transition. Enfin des axes de travail seront élaborés pour traduire l’action des élus ruraux sur leur territoire et auprès de leur population. 200 maires (deux par département) vont participer au niveau national à cet atelier.