Vous êtes ici

Les dossiers agricoles nationaux de l’année 2023

Le gouvernement a l’embarras du choix quant aux différents sujets abordés en termes de politique agricole en ce début d’année.
Le gouvernement a l’embarras du choix quant aux différents sujets abordés en termes de politique agricole en ce début d’année.

De la mise en œuvre de la nouvelle Pac à la gestion de l’eau, en passant par l’agrivoltaïsme ou la loi d’orientation et d’avenir, le gouvernement aura fort à faire, en ce début d’année à Paris, en matière de politique agricole. La rédaction d’Agra Presse passe en revue le calendrier.

Le 1er janvier a sonné le début de la mise en œuvre de la Pac 2023-2027. Les premières déclarations ont débuté pour les aides animales, les autres suivront au printemps sous un nouveau régime de suivi de suivi administratif : pilotage par satellite renforcé (3STR), d’abord pour les DPB et l’ICHN, et mise en œuvre d’un droit à l’erreur pour les aides surfaciques.

LOA, réforme des retraites, Planification écologique, bio

Le ministère doit reprendre, en janvier, les consultations autour du projet de loi d’orientation et d’avenir (LOA), qui avaient débuté fin 2022. Des ateliers sont prévus jusqu’à mars/avril, en vue d’un dépôt du texte avant l’été au Parlement. D’ici là, la Cour des comptes devrait publier un rapport sur l’aide à l’installation.
Élisabeth Borne doit dévoiler les grandes lignes de la réforme des retraites le 10 janvier, avant une présentation le 23 janvier en Conseil des ministres. Le projet de texte présenté en 2020 devait « normaliser » le régime agricole, en faisant cotiser les agriculteurs au même taux que les autres professions.

Congrès FNSEA, gestion de l’eau, vaccination

Après le Salon, la ferme France devrait avoir les yeux tournés vers Angers, où se déroulera fin mars le congrès de la FNSEA. Christiane Lambert a annoncé, il y a quelques semaines, qu’elle ne briguera pas un troisième mandat, contrairement à ses deux prédécesseurs. Son premier vice-président Arnaud Rousseau a annoncé sa candidature, sans concurrent pour l’instant.

Haie, séparation vente/conseil, stockage des engrais

Enfin, plusieurs dossiers restent en suspens, sans calendrier défini. D’abord l’indemnisation des dégâts de gibiers, dont le calcul doit être révisé pour limiter l’effet de l’inflation des matières premières agricoles. Les négociations sont toujours en cours, tout comme celles portant sur le 7e programme d’action national Nitrates.